ACCUEIL |  SPECTACLES |  FESTIVALS |  WHO'S WHO |  TEXTES |  ETUDES |  CONTACT
textes classés par |  AUTEUR |  TRADUCTEUR |
 
  pubebook

 

OLGA MOUKHINA

You

traduction Nicolas Struve


Extrait du texte

Ania et Dimitri boivent du vin en observant rêveusement Moscou, ses lumières, ses rues, ses automobiles. André relit les lettres qu’il a reçues.

DIMITRI. Tout est si beau! Tu es belle. Moscou est belle.

ANIA. J’ai une folle envie d’être follement belle, pour que tout le monde perde la tête !

DIMITRI. Total - tu es belle comme Moscou.

ANIA. Non ! Moscou n’est pas jeune !

DIMITRI. Mais toi tu es follement belle. (Ania rit.) Qu’est-ce que tu as fabriqué, pendant que je n’étais pas là ?

ANIA. Je ne sais même plus l’âge que tu as.

DIMITRI. J’ai vingt ans. Je suis un véritable jeune homme maintenant.

ANIA. J’ai vingt ans. Jamais je n’ai été à l’étranger.

DIMITRI. Il n’y a pas d’hiver là-bas.

ANIA. Je suis mal en hiver.

DIMITRI. Je n’ai pensé qu’à toi.

ANIA. Quand tu es parti, tu ressemblais à un poussin.

DIMITRI. Et maintenant ?

ANIA. Maintenant aussi.

DIMITRI. Maintenant, je ressemble à un héros maintenant. Tout le monde le dit. (Ania rit.) Je me suis baladé sur les boulevards cette nuit. Il faisait sombre, tout était calme, sur les bancs tout le monde s’embrasse - de l’amour tout à la ronde ! Et la journée, partout des fleurs.

ANIA. C’était pas comme ça avant ?

DIMITRI. On a tout le temps envie d’en acheter, pour en offrir aux filles.

SEB. Pirogova dit que les hommes ne sont capables de rien d’autre.

DIMITRI. Hier, je l’ai vue.

ÉLISABETH SERGUEÈVNA. Et tu lui as offert des fleurs ?

DIMITRI. Non, elle s’est enfuie à toute allure.

SEB. Il se peut qu’elle ait eu peur.

DIMITRI. Oui, je parlais fort, je lui ai fait de grandes bises.

ANIA. Ça doit faire cent ans qu’elle n’a embrassé personne.

DIMITRI. Et toi ?

ANIA. Et toi ?

DIMITRI. Quand je suis parti, tu pleurais.

ANIA. Je pleure toujours quand quelqu’un part.

ÉLISABETH SERGUEÈVNA. Et si on buvait un thé ou un café !

SEB. Un thé ou un café ?

ANDRÉ. Un thé.

ANIA. Ou un café ?

Ils rient, déplacent les tasses.

DIMITRI. J’ai rêvé tellement longtemps de cette ville ! D’être simplement debout quelque part à attendre le trolley - et c’est tout. Que le coeur exulte, que l’âme soit en liesse! être debout sous une neige qui tombe doucement, sous un ciel rose, observer comment les jeunes filles esquissent des pas de danse, comment les chiens courent sur la chaussée. J’ai tellement envie que l’hiver arrive au plus vite !

ANIA. Je n’ai tellement pas envie que l’hiver arrive.

DIMITRI. J’aime tellement cette ville.

ANDRÉ. Moi aussi, je l’aime tellement.

DIMITRI. J’aime ma patrie.

ANIA. Moi aussi je l’aime. Et alors ?

SEB. Ça c’est bien.

DIMITRI. J’avais peur – et si tu ne l’aimais plus ! Mais tu es… tu es toujours la même… tu es comme avant… tu es comme - alors… ANIA. Non. Je suis contente que mon enfance soit finie !

ÉLISABETH SERGUEÈVNA. Moi, j’ai passé toute mon enfance à vélo dans le parc Pétrovski!

ANDRÉ. Moi, j’ai eu un chat orange dans mon enfance.

ANIA. Et moi, rose.

DIMITRI. Moi, j’ai perdu mon enfance au ping-pong avec la fille que j’aimais.

SEB. Moi, la fille que j’aimais m’a appris à jouer avec des allumettes.

DIMITRI. Là-bas tout le monde me demandait: “Tu vas où ?”

SEB. A Moscou.

ÉLISABETH SERGUEÈVNA. Et eux : “O…”

Ils rient.
v DIMITRI. Je leur réponds - MOSCOU N’EST PAS AUSSI LOIN QU’IL VOUS SEMBLE IL FAUT JUSTE VOULOIR Y ETRE.

ANDRÉ. Seulement elle n’aime pas tout le monde. Elle n’attend pas tout le monde. Elle ne pardonne pas à tout le monde.

DIMITRI. Mais moi, elle m’a attendu. Elle m’a souri et elle s’est réjouie.

ANDRÉ. Vous croyez vraiment ?

DIMITRI. Je le sais. Je sens que demain le soleil brillera.




 
you

COMMANDER
cote NOVAIA : NRU 97







Pièce en 2 parties
14 tableaux







Personnages

Stépane Ivanovitch - la soixantaine
Élisabeth Sergueèvna - sa femme
Ania - 20 ans, leur fille
L’ Ainée - 35 ans, leur fille
Seb - 40 ans, mari de l’aînée
André - 40 ans
Dimitri - 20 ans
Pirogova - 20 ans
Barsoukov - 50 ans
Nicolas - 20 ans, son fils
et deux vieilles








moukhina

Olga Moukhina, 2003














 


tanya-tanya

Tanya-Tanya
de Olga Moukhhina
mise en scène A. Prikhodko & P. Fomenko - 1996


Théâtre Atelier Fomenko Moscou
janvier 1996




ebook

Un amour de Karlovna
texte de Olga Moukhina - 1992
traduction Nicolas Struve


eBokk LIVRE ELECTRONIQUE
cote NOVAIA. - NRU 92


 
 




Le Blog
Commentez les pages de ce site...
Proposez du contenu (texte, image, video)...
Réagissez à l'actualité, aux brèves du blog...


Modéré par Gilles Morel


Loading
 
les textes du theatre russe actuel par Tania Moguilevskaia
et Gilles Morel - 2009 - tous droits réservés