ACCUEIL     |       SCENE      |       TEXTE      |         FILM   

    TRADUCTION DISPONIBLE SUR COMMANDE

 


IVAN VIRIPAEV

Juillet

traduction Tania Moguilevskaia, Gilles Morel



Remarque

Une femme entre sur scène. Elle est entrée uniquement pour interpréter ce texte.

Note

Par convention, l'espace dans lequel se déroule l'interprétation du texte est divisé en quatre secteurs: A, B, C, D. Comme il a été dit, cette division est assez conventionnelle, elle peut se matérialiser physiquement (avec des lignes, des paravents ou autres éléments de décor), comme de manière invisible pour le spectateur (c'est-à-dire seulement dans la tête de l'interprète). La division en secteurs est une condition obligatoire pour l'interprétation. Un texte défini est interprété dans un secteur défini. Autrement, on peut pas.


Texte à interpréter (extrait)

Secteur A

Une maison a brûlé, dans la maison, deux chiens.
La première, noire, une chienne, bâtarde, l'autre, un chien de berger, un mâle de six mois. Les tenais bouclés tous les deux dans la remise, pour qu'ils se carapatent pas, le temps que je finisse de poser la clôture autour de la maison, me restait à peine plus de cinq mètres de fil de fer à tirer, et tout était prêt, mais voilà, un incendie, et la maison qu'a brûlé comme un bout de carton en pas vingt minutes, et la remise, et les chiens, et tous les biens accumulés pendant de longues années, et tous les papiers, et tout l'argent, et tous mes projets d'avenir, tout qu'est plus rien que de la cendre grise, plus rien, reste rien que moi et le mois de juillet, au milieu de qui toutes ces foutaises sans pitié me sont tombées dessus.
Maudit sois-tu, foutu juillet, sois maudit, mois de juillet, jusqu'au bout de l'éternité!

J'ai demandé à Nikolaï, mon voisin, : « Kolia, tu me laisses pieuter chez toi juste deux mois, juste le temps que je rassemble tous les papiers pour l'asile de Smolensk ? Juste deux mois, et après, une fois que tous mes certificats et mes cartes sont refaits, je partirai aussi sec "en résidence" à la maison de dingues de Smolensk, ça je te promets, et je te jure devant Dieu, que je traînerai pas, chez toi plus de deux mois ». Mais Kolia, mon voisin, retraité-mange-merde de profession, m'a couvert d'insultes trois fois de suite, à travers, sa clôture en piquets, m'a même pas laissé passer dans sa cour, du coup me voilà planté au milieu de la rue tout couvert de la tête aux pieds par ses saloperies, alors, que j'ai, pour lui, il y a pas six mois de ça, mendié pour lui auprès de notre chef de localité, un câble en acier, pour que, le clebs de Kolia, puisse, attaché à une chaîne accrochée au câble, qu'on a tiré à travers toute la cour, courir, et protéger les petites affaires, dont personne a rien à faire, de ce merdeux. Et voilà que j'y suis allé et tout organisé, et on m'a même donné le câble, ce dont j'ai jamais douté, alors qu'à Kol'ka, ce suce-merde, personne et jamais, lui donnerait même pas un clou, surtout pas notre chef de la localité, qui a une chiasse couleur de lilas qui lui coule du cul, rien qu'à la simple apparition de Kol'ka à portée du regard, du chef de notre localité. Alors à cause de l'humiliation qui m'avait submergé, à cause de l'injustice, et à cause des insultes à mon égard de la part de ce connard, alors, j'ai sauté par-dessus son portail à moitié tout pourri, entré sans frapper, dans la maison, surpris ce verse-merde au beau milieu de la cuisine une assiette vide à la main, il allait vers la casserole sur la cuisinière, chercher sa soupe, attrapé sur la table la première chose qui me tombe sous la main, et j'y ai enfoncé le couteau, pile entre les lèvres de ce verse-merde, en lui trouant sa bouche carrément jusqu'au cou, pour qu'il, ce salaud, ne puisse plus avec semer des jurons, à tort et à travers, et puis encore, l'ai achevé avec le pied d'un tabouret, pour qu'il, renonce à jamais, à vexer celui, qui l'a aidé, et sorti des mauvais passes, et a mendié, pour son clebs, auprès du chef de notre localité, ce câble en acier, qui m'est resté en travers de la gorge, et qui m'a bouffé jusqu'à mes derniers nerfs, dont personne à rien à faire, à part feu Nikolaï, qui n'a pas vécu jusqu'à son jubilé, et dont personne à rien à faire, à part lui, et lui, maintenant l'en a plus rien à faire non plus.

Dès le deuxième jour, après que j'ai enterré, Nikolaï, trucidé par moi, dans sa propre cave, le clebs dans la cour, attaché à la chaîne accrochée à mon câble en acier, s'est mis à couiner, alors que je le nourrissais tout le temps, alors que je lui jetais de bons morceaux par la fenêtre mais apparemment, ce clebs, il a senti quelque chose dans son coeur de bête et il s'est mis a s'ennuyer de son maître. Et comme, pendant tout ce temps, j'étais caché dans l'izba de Kol'ka, sans donner aucun signe de ma présence, il était clair, que les hurlements de cette saleté de clebs, m'arrangeaient pas du tout, mais puisque la bête, inlassablement hurlait et hurlait, et avait pas l'intention de se calmer, alors voilà, j'ai été obligé, de lui filer un peu de viande mélangée à du verre pilé, si bien que dès le début de la soirée il vomissait du sang devant sa niche, et le matin du lendemain, l'était allongé dans le coin le plus éloigné de la cour, comme si j'y avais commandé, pour que personne puisse le voir de la rue, l'était allongé au fond de la cour tout raide, comme doit l'être un cadavre. Et moi je pouvais toujours pas me décider, est-ce que je dois quitter la maison de Kol'ka, et me diriger vers Smolensk pour chercher les papiers, pour l'asile, ou attendre encore un peu, le temps que tout ça se tasse, et le temps que s'arrête dans ma tête la cloche à vache, qui depuis deux semaines, sonne et sonne, dans la région de mon oreille droite, et arrive à sonner carrément jusque dans ma nuque chauve ?
Ainsi, soit maudit, mon détestable ennemi, salaud de juillet!

Le cinquième jour de mon séjour secret chez le défunt Nikolaï, des gamins du voisinage ont pointé leur nez juste devant les fenêtres, derrière la clôture en piquets, je suppose, envoyés par leurs parents, pour se renseigner, i1 serait pas malade des fois, le grand-père Kolia, que ça fait un peu longtemps qu'on l'a pas vu ? Et là, je me suis chié dessus parce que, si un des petits bonhommes qu'étaient venus au renseignement, il rentrait, chez moi, à l'intérieur de l'izba du défunt Kolia, j'y aurais alors, en douceur, bam et dans un sac, étranglé et affaire conclue. Me serais débarrassé du petit sac avec le petit corps en le jetant à la cave sur la poitrine morte du grand-père Kolia, et moi-même j'aurais le temps d'attraper le car de sept heures sur l'autoroute, et le temps qu'on se mette à chercher l'enfant, le temps qu'on hurle et qu'on pleure, je m'avancerais tranquillement par le car de ligne vers Smolensk-même, sauf que là, ces petits diables, ils étaient carrément six, et tous, comme fait exprès, de sexe et d'âge différents, si bien qu'il m'était pas possible d'avoir le dessus, et il fallait d'urgence prendre une décision : ou bien la cave, chez Nikolaï le saint-cadavre, ou bien à travers les potagers vers l'autoroute prendre le car de ligne pour Smolensk qui passe pile à sept heures?

Que faire ?

Pile à sept heures, je suis sorti sur l’autoroute, et le car est apparu, sans une minute de retard, si bien que déjà à huit et demi, j’étais là-bas, sur place, à Smolensk, une énorme mégapole, mais pas où aller pour les gars comme-moi, et pas où dormir pour les comme-moi. Et là-bas, la loi de la ville est la même pour tout le monde, c’est celui qu’est le plus fort qu’a raison. Et j’ai eu raison, parce que, en appliquant ma force, mon savoir-faire et mon adresse, malgré le fait que j’ai déjà dépassé les soixante-deux ans, et bien tout de même, j’ai dévissé la tête à un orphelin clodo de sous le pont et l’ai jeté. la tête, et puis le corps aussi, évidemment putain, j’allais quand même pas les garder avec moi, balancé toute cette vermine dans le fleuve, et pour ce qui est de l’emplacement du clodo, de sa paillasse, et de ses cartons sous le pont du chemin de fer, les ai pris pour moi, pour l’instant, afin que je puisse, pour l’instant, y passer une nuit, me repérer, m’orienter un jour ou deux, et après cela, une fois rassemblé des nouvelles forces, sortir alors de sous le pont en ville, et commencer à chercher mon asile chéri, parce que j’ai déjà décidé pour moi, que j’irai là-bas aussi sec, sans certificat, ni papiers, comme je suis, direct, et leur demanderai une place, même pour un petit bout temps, et s’ils me prennent pour un petit bout de temps, alors je demanderai « la résidence », comme dans le vieux proverbe russe : « le petit renard a demandé qu’on accepte juste sa petite queue sur le banc, mais une fois que les maîtres ont accepté sa queue sur le banc, il s’est trouvé soudain que le renard tout entier était couché sur la cheminée ».


Texte traduit avec le soutien de la Maison Antoine Vitez, Centre international de la traduction théâtrale

henschel Titulaire des droits :
henschel SCHAUSPIEL Theaterverlag Berlin GmbH
Agent de l'auteur pour l'espace francophone :
Gilles MOREL |



 

viripaev

Ivan Viripaev, 2006


Actant
L'interprète du texte est une femme.





juillet

Création novembre 2009




vitez

OBTENIR LE MANUSCRIT
DE LA TRADUCTION FRANCAISE
cote MAV : RUS08D753




juillet

Juillet (Iyoul) LECTURE EXTRAIT 7 mn
texte Ivan Viripaev - 2006
traduction Tania Moguilevskaia, Gilles Morel


Festival TEMPS DE PAROLES
Comédie de Valence - CDNDA
23 janvier 2010


 

     IVAN VIRIPAEV / TEXTES en traduction française




 

     IVAN VIRIPAEV / SPECTACLES sur les scènes francophones saison 2019/20




 

     IVAN VIRIPAEV / SPECTACLES sur les scènes francophones saisons précédentes




 

     IVAN VIRIPAEV / SPECTACLES sur les scènes dans le monde




 

     IVAN VIRIPAEV / FILMS sur les écrans




 


le theatre russe par Gilles Morel depuis 2006 - tous droits reserves