ACCUEIL |  SPECTACLES |  FESTIVALS |  WHO'S WHO |  TEXTES |  ETUDES |  CONTACT
écrire à |  LA TRADUCTRICE |
 
  pubebook

 

VASSILLII SIGARIOV

Goupiochka

traduction Aline Botteman


Extrait du texte

TAMARA : Oh là là, je me sens tellement mal à l'aise. J'imagine ce que vous pensez de moi...
PACHA : Je pensais au tire-bouchon.
TAMARA : A quoi ?
PACHA : On a besoin d'un tire-bouchon. Vous voyez (il montre la bouteille). Essayons d'ouvrir la bouteille.
TAMARA : Euh, oui, oui. C'est vrai. Je suis tellement distraite. C'est terrible... On l'ouvre, donc, c'est ça ?
PACHA : C'est ça... Essayons.
TAMARA : J'arrive. Une seconde. Je vais-je reviens. Une seconde. Vous attendez ?
PACHA : J'attends.
TAMARA : Je suis là dans une seconde. Je vais-je reviens. Mais vous ne partez pas, d'accord ?
PACHA : Je ne pars pas.
TAMARA : Merci.
PACHA : Pour quoi ?
TAMARA : Quoi ?
PACHA : Merci pour quoi ?
TAMARA : Pour ça... Je ne sais pas. Juste comme ça, comme dans le dessin animé, vous vous souvenez ? Et pour quoi ? Juste comme ça. (Elle rit.)
PACHA : Vous alliez chercher un tire-bouchon... Essayons d'ouvrir la bouteille.
TAMARA : Aïe, c'est vrai. Quelle tête de linotte. C'est sûrement la première fois que vous en voyez une pareille ?
PACHA, hésitant : Heu...
TAMARA : Chut. Dites : j'en ai déjà vu. (Pause.) Allez, dites. J'en ai déjà vu.
PACHA : Bon, j'en ai déjà vu.
TAMARA : Où ça ?
PACHA : Je sais plus.
TAMARA : Non. C'est pas ça que vous devez dire. Dites : j'en ai vu une au zoo ... Dites...
PACHA : Pourquoi ?
TAMARA : Dites. Après vous verrez.
PACHA : Mais je ne veux pas...
TAMARA : Dites, dites...
PACHA : Bon, j'en ai vu une au zoo.
TAMARA : Je vous y ai vu aussi. Vous étiez dans la cage d'à côté. (Elle rit.)

Pause

PACHA : Vous vouliez apporter un tire-bouchon... Essayons d'ouvrir la bouteille.
TAMARA : Quoi, c'est pas drôle ?
PACHA : Mais si. C'est drôle.
TAMARA : Alors pourquoi vous ne riez pas ?
PACHA : Je ris. En moi-même.
TAMARA : Comme un hypocrite ?
PACHA, s'énerve, se trémousse : Non. Où allez-vous chercher ça ? Simplement je... Enfin comment dire ? J'aurais bien ri, mais l'ambiance ne s'y prête pas.
TAMARA : Vous voulez peut-être mettre de la musique ? On a des disques. À la mode. Des contes aussi. De Pouchkine et des contes populaires. Vous aimez les contes ?
PACHA : Les contes ? Oui, sans doute.
TAMARA : J'en mets alors ?
PACHA, soulevant un peu la bouteille : Et le tire-bouchon ? On ne voulait pas ouvrir la bouteille ?
TAMARA : Aïe, c'est vrai. Je n'ai aucune mémoire. Comme les poules. Merci de me le rappeler. J'arrive. Je vais-je reviens. Une seconde. Vous ne partez pas ?
PACHA : Je ne pars pas.
TAMARA : Promis ?
PACHA : Promis.
TAMARA : Merci.
PACHA : Pour... De rien.
TAMARA : Ne partez pas. D'accord ? (Elle marche à reculons vers la porte.)
PACHA : Je ne pars pas.
TAMARA : Ne partez pas. (Elle sort.)

Pacha soupire. Sans lâcher la bouteille, il s’essuie le front de l’avant-bras. Il regarde la bouteille, fait des signes interrogatifs de la tête.

Tamara revient. Elle tient quelque chose dans la main.

TAMARA : Qu’est-ce que vous avez ?
PACHA : Moi ? C’est… J’ai une… Une crise.
TAMARA, effrayée : Epilepsie ?
PACHA : Heu… Presque.
TAMARA : Il faut vous allonger tout de suite. Allongez-vous.
PACHA : Pourquoi ?
TAMARA : Allongez-vous, ne posez pas de questions.
PACHA : Mais je ne veux pas m’allonger.
TAMARA : Allongez-vous, ne discutez pas. (Elle le couche, toujours avec la bouteille, sur le canapé.)
PACHA : Je n’ai pas besoin de m’allonger.
TAMARA : Vous en avez besoin. L’épilepsie, vous savez, c’est perfide. Vous êtes là, tranquille… vous êtes là et puis vous tombez la tête contre quelque chose.
PACHA : Chez moi ça ne se passe pas comme ça. Je ne tombe pas.
TAMARA : Vous tombez.
PACHA : Je vous dis, je ne tombe pas.
TAMARA : Vous tombez.
PACHA : Mais qu’est-ce que vous racontez ? Je ne tombe pas
. TAMARA : Ne discutez pas. Avec l’épilepsie, tout le monde tombe. C’est même comme ça qu’on l’appelle. « Le mal caduc ».
PACHA : Je ne suis pas tout le monde. Je ne tombe pas.
TAMARA : Vous tombez. Simplement, vous ne vous en souvenez pas. Quand une crise commence, vous tombez, après vous vous relevez et vous ne vous souvenez de rien. Et vous bavez encore. Mais vous ne vous en souvenez pas non plus.
PACHA, essaie de se lever : Mais qu’est-ce que vous radotez à la fin ? Quelle bave ? Je suis quoi, moi, selon vous, un anormal ?
TAMARA : Non, vous êtes normal.
PACHA : Alors pourquoi je devrais baver ? Je suis quoi ? Un enragé ?
TAMARA : Tous ceux qui ont ça bavent.
PACHA : Qui ça ?
TAMARA : Ceux comme vous.
PACHA : Ceux comme moi ? Les anormaux ?
TAMARA : Les normaux. Mais qui tombent.
PACHA : Je ne tombe pas. Combien de fois je vais devoir vous le dire ?
TAMARA : Vous tombez.



 
goupiochka

COMMANDER
cote NOVAIA : NRU 95










Comédie,
ou peut-être tragédie,
en deux actes


Personnages

Pacha, 40 ans
Tamara, 38 ans
Léonid, son mari, 40 ans















sigariov

Vassilii Sigariov, 2002



 


sigariov

Vassilii Sigariov


x notice biographique


 
 


vitez

Douleurs fantômes
texte de Vassilii Sigariov - 2000
traduction Sophie Gindt, Hélène Henry


>>> TRADUCTION DISPONIBLE
cote MAV : RUS06D674




solitaires

La pâte à modeler
texte de Vassilii Sigariov - 2000
traduction Macha Zonina, Jean-Pierre Thibaudat


Collection Fiction / 96 pages
Date de parution : Avril 2001
ISBN 2-912464-98-6






La famille du vampire
texte de Vassilii Sigariov - 1999
traduction Aline Botteman


eBook LIVRE ELECTRONIQUE
cote NOVAIA NRU 96






Black Milk
texte de Vassilii Sigariov - 1999
traduction Isabelle Anckaert


à paraître


 
 


blackmilk

Black milk
de Vassilii Sigariov TRADUCTION
mise en scène Sylvie de Braekeleer - 2006


Théâtre du Rideau Bruxelles
janvier / février 2006
à l'occasion de Europalaia 2005




douleurs

Douleurs fantômes
texte Vassilii Sigariov
mise en scène Irina Kerutchenko - 2005


festival Premières Strasbourg - mai 2005
festival Mettre en scène Rennes - novembre 2005
festival Scènes Etrangères Villeneuve d'Asq - nov 2005




modeler

La pâte à modeler
de Vassilii Sigariov
mise en scène Kirill Serebrennikov - 2001


Mois du théâtre russe à Paris
au Théâtre Silvia Montfort - dec 2002


 
 


plasticina

Plasticina (La pâte à modeler)
de Vassilii Sigariov TRADUCTION PORTUGAISE
mise en scène Nuno Cardoso - 2006


au Teatro Carlos Alberto
production Teatro Nacional Sao Joao
Porto - Portugal


 
 


volchok

Wolfy (Volchok - La toupie)
scénario et réalisation
Vassilii Sigariov - 2009


Production "Koktebel" - Moscou
86 min - 35 mm - Film Fiction

GRAND PRIX KINOTAVR 2009




sigariov

Entretien avec le réalisateur :
Vassilii Sigariov

Karlovy Vary International Film Festival - juillet 2009


x Sujet 3 minutes (anglais)
à propos de son film WOLFY (VOLCHOK)




sigariov

Entretien avec l'actrice Jana Trojanova
et le réalisateur Vassilii Sigariov

Openspace.ru - juillet 2009


x Sujet 3 minutes (russe)
à propos de son film WOLFY (VOLCHOK)


 
 




Le Blog
Commentez les pages de ce site...
Proposez du contenu (texte, image, video)...
Réagissez à l'actualité, aux brèves du blog...


Modéré par Gilles Morel


Loading
 
les textes du theatre russe actuel par Tania Moguilevskaia
et Gilles Morel - 2009 - tous droits réservés