ACCUEIL |  SPECTACLES |  FESTIVALS |  WHO'S WHO |  TEXTES |  ETUDES |  CONTACT
textes classés par |  AUTEUR |  TRADUCTEUR |

   TRADUCTION PUBLIEE

 

KONSTANTIN KOSTIENKO

Diagnostic : "Happy birthday" (102e épisode)

traduction Sophie Gindt


ALEKSEIEVA. - Alekseiev.

ALEKSEIEV, il est à genoux devant le lit. - Quoi donc ?

ALEKSEIEVA. - Tu m'aimes ? Franchement.

Rires.

ALEKSEIEV, toujours à genoux. - Oui. Quoi encore ?

ALEKSEIEVA. - Et mes jambes, tu les aimes ?

Rires.

ALEKSEIEV. - Oui.

ALEKSEIEVA. - Laquelle tu préfères ?

ALEKSEIEV. - Laquelle tu veux ?

Rires.

ALEKSEIEVA. - Allez, encore une fois : tu m'aimes ?

ALEKSEIEV. - Toi, tu as quelque chose à me demander ?

Rires.

ALEKSEIEVA. - Pourquoi, j'ai pas le droit de te poser simplement cette question ?

ALEKSEIEV, il se lève, va vers la table, s'assied. - Vas-y, demande. Ça fait si longtemps que tu l'as pas fait.

ALEKSEIEVA. - Alors, prépare-toi parce qu'à partir de maintenant tu vas l'entendre plus souvent.

Rires.

ALEKSEIEV. - Je te réponds oui pour deux semaines. Et dans deux semaines, tu viendras chercher le "oui" suivant.

ALEKSEIEVA. - Alekseiev, tu es mauvais.

ALEKSEIEV. - Pas plus que ton Remizoff.

ALEKSEIEVA. - Je te l'ai déjà dit : c'est pas mon Remizoff.

ALEKSEIEV. - Ouais. En tout cas, lui, ça le turlupine pas comme moi ...

Un coup de pied dans la porte.

ALEKSEIEVA, elle regarde Alekseiev. - C'est chez nous ?

Rires. Un coup dans la porte.

ALEKSEIEV. - Probablement oui. Et probablement, c'est Remizoff. Et probablement que je vais tout de suite lui donner un chiffon pour qu'il nettoie les traces noires en bas de la porte !

Alekseieva se lève, va ouvrir. Alekseiev la suit.

ALEKSEIEVA, du côté de l'entrée. - C'est ouvert ! c'est ouvert ! ..

Rires.

Alekseieva fait entrer Remizoff et Remizova. Remizoff est vêtu d'un imperméable noir ; il a sur les yeux, de grosses lunettes ridicules ; dans une main, une canne (en métal, plus moderne que celle d'Alekseiev), dans l'autre, un filet à commissions d'où dépasse le goulot d'une bouteille. Il se meut difficilement, à cause de ses jambes difformes. Sous son imperméable, il porte une chemise blanche et une large cravate de mauvais goût ; son visage est net, sans maquillage.
Remizova porte des vêtements en stretch - pantalon, veste, blouse - qui mettent en relief une disproportion anormale entre son large bassin et ses jambes atrophiées ; ses cheveux sont tirés en arrière et réunis sur la nuque en chignon. Elle a un visage émacié, net, sans maquillage. Sur l'épaule, un sac à main avec une longue et fine bandoulière ; elle mâche sans arrêt un chewing-gum. Elle a un air niais et légèrement hautain. Elle porte des gants de cuir et s'appuie sur une canne identique à celle de son mari.


REMIZOFF, il souffle fort, s'arrête un moment, se repose. - Et bien, pour monter chez vous ! ... Pff ! Quatre étages pour moi, c'est pire que l'Everest !

Rires.

(Il s'adresse joyeusement à Alekseieva.) Bon anniversaire, Alex ! Viens ici que je t'embrasse ! (Aux autres.) Vous, retournez-vous - ça se fait pas de regarder deux invalides s'embrasser.

Rires. Alekseieva s'approche. Remizoff fait claquer un baiser sur sa joue.

ALEKSEIEVA, elle s'écarte de lui, montre la poche de son imperméable. - Qu'est-ce que tu as là, un pistolet ?

REMIZOFF. - Non, une érection.

Rires.

(Il sort de sa poche une banane, la lui donne.) Tiens, c'est pour toi !

ALEKSEIEVA. - Merci.

Rires.

REMIZOFF, il enlève son imperméable. - Pourquoi que vous installez pas une sonnette ? J'ai sali toute votre porte avec mon pied.

ALEKSEIEV, à Alekseieva. - Je te l'avais bien dit qu'il y aurait des traces.

ALEKSEIEVA, à Remizoff. - Pourquoi t'as pas tapé avec ton poing ?

REMIZOFF. - Comment que tu voulais que je fasse ? Dans une main, j'ai le filet, dans l'autre la béquille. Avec la béquille, je pourrais, pour sûr, mais aussi je risque de tomber. Et si je tombe, j'aurai l'air d'un ver de terre écrasé par un bulldozer.

Rires.

Ma femme sera dégoûtée et elle me jettera. C'est bien pour ça que j'ai frappé comme ça... (Il fait le mouvement du pied.)

Rires.




Collection Bleue
128 pages - prix : 7.62 euros
Date de parution : Avril 2001
ISBN 2-912464-96-X
 
diagnostic



commander












Titre original
Diagnoz : « Happy birthday », 102-ya seria

Vaudeville paranoïaque


Personnages

Remizoff : invalide de naissance ; chef d'équipe.
Remizova : la femme de Remizoff ; invalide de naissance.
Alekseieva : la femme d'Alekseiev ; invalide de naissance.
Alekseiev : chef d'équipe, mari d'Alekseieva, invalide de naissance.
N°1 et N°2 : prolétaires aux ordres d'Alekseiev.

Tous ces personnages ont des tendances paranoïaques.










levanov

Tatiana Frolova, Konstantin Kostienko,
Tania Moguilevskaia, Khabarovsk, sept. 2001

 

 
 
 
  pubebook

 
 




Le Blog
Commentez les pages de ce site...
Proposez du contenu (texte, image, video)...
Réagissez à l'actualité, aux brèves du blog...


Modéré par Gilles Morel


Loading
 
les textes du theatre russe actuel par Tania Moguilevskaia
et Gilles Morel - 2009 - tous droits réservés