ACCUEIL     |       SCENE      |       TEXTE      |         FILM   

    TRADUCTION INTEGRALE A PARAITRE

 

IVAN VIRIPAEV

COMEDIA

Second texte de la trilogie dramatique DISPARITION

traduction Tania Moguilevskaia, Gilles Morel



Préambule

Cette pièce est la seconde de la trilogie dramatique intitulée « Disparition ». La première pièce, « Juillet » ; la seconde, « Comédie » ; la troisième aura pour titre « Disparition ».
(NdT : Cette trilogie n'a finalement pas été achevée par l'auteur.)

« Comédie » est composée de sketchs, d’anecdotes racontées par deux acteurs. Ces anecdotes ont une particularité : elles ne sont pas vraiment drôles. Et c’est cela qui est drôle. Par ce geste, nous jouons à proposer un nouveau type d’humour. Nous rions de ce qui n’est pas, de l’invisible, de choses si subtiles qu’on ne peut pas les nommer. Nous voudrions nous propulser dans un haut genre (soutenu, terme littéraire classique), là où il y a une vraie comédie qui n’est pas aujourd’hui, décrite par Aristote. Mais ce tractat a été perdu. Et voilà ce qu’il contenait : la comédie, c’est ce qui définit le niveau de notre évolution, notre degré de conscience. Ce dont on rit constitue ce que nous sommes. Rire signifie surmonter, rire signifie se libérer.
Ivan Viripaev
11 juillet 2010, Moscou


Extrait du texte

INTERPRETE (homme). Bénédicte, Pape de Rome, meurt et arrive au Paradis. Et voilà que c’est le Prophète Mahomet qui l’accueille aux portes du Paradis. Étonné, le Pape demande au Prophète :
- Qu’est-ce qui se passe, est-ce que je suis bien au Paradis ? Il y a peut-être eu une erreur ?
- Non, bien sûr que non, pas la moindre erreur. Tu es bien au Paradis, répond Mahomet. Seulement vois-tu, il s’avère que nous autres musulmans, nous avions raison, notre religion est la plus vraie entre toutes, et de ce fait le Paradis est musulman, tel que nous vous l’avons décrit à vous, les infidèles, quand vous nous disputiez. Allez, à présent, on oublie tout ça. L’affaire est classée. Entre, mets-toi à l’aise et vis avec nous au Paradis.
- Je ne comprends pas, dit le Pape, si le Paradis est musulman, si votre religion est la plus vraie de toutes, pourquoi est-ce que moi, je me retrouve au Paradis ? Alors que je suis catholique, que je n’ai jamais cru en Allah, et qu’en plus, j’ai consacré ma vie à ne pas vous aimer. J’ai fait des déclarations virulentes contre vous, et d’une manière générale, comment puis-je être au Paradis, alors que j’ai été un pêcheur invétéré ?
- Eh bien vois-tu, le Tout-Puissant veut que tu sois au Paradis. Entre, regarde, je vais te montrer comment c’est chez nous, puisque tu y es désormais pour l’éternité. Et voilà qu’ils font le tour du Paradis, Mahomet montre au Pape les différents coins paradisiaques. Sur le chemin, ils croisent de temps à autre diverses personnalités : Yasser Arafat, Saddam Hussein, toutes sortes de femmes chahîds et de combattants tchétchènes et bien évidemment, divers penseurs islamiques, des soufis, etc...
Et là, le Pape dit :
- Écoute Mahomet, je vois qu’ici, au Paradis, il n’y a que des musulmans, mais alors, où sont les Chrétiens, les Bouddhistes, les Juifs ?
- Il n’y en a aucun, tu es le seul représentant d’une autre religion au Paradis.
- Comment est-ce possible, s’exclame le Pape choqué. Pourquoi moi ?! Mais alors, les gens aussi purs et saints que l’Apôtre Jean, que Saint-Paul, même eux, ils n’y sont pas ?
- Non, répond Mahomet, tu es le seul.
- Et Mère Teresa, qu’en est-il advenu ? Où est-elle ? Est-il possible qu’elle ne soit pas au Paradis ?
- En effet, dit Mahomet, elle est en Enfer, parce qu’elle ne croyait pas en Allah. Ici, tu ne trouveras que des musulmans dévoués.
- Attends, attends, dit le Pape. D’accord... Là, on parlait des adultes, mais les petits-enfants, les innocents assassinés, eux non plus ne sont pas au Paradis ?
- Uniquement les enfants musulmans, et personne des autres religions, sauf toi, répond Mahomet.
- Je comprends pas, je comprends pas, crie le Pape. Pourquoi m’a-t-on pris moi au Paradis, moi ?! Pourquoi moi, un pêcheur, pourquoi ? Pourquoi ? Je ne comprends pas, pourquoi ?!
- Eh bien, parce que, répond Mahomet, parce que......

Cette histoire est inachevée.

(...)

INTERPRETE (femme). Russes, Juifs et Bouriates se disputent pour déterminer laquelle des trois nations est la plus spirituelle. Les Russes disent, nous sommes la nation la plus spirituelle. Nous avons Tolstoï,Gogol, Dostoïevski, l’orthodoxie, Staline, le Baïkal, un territoire immense, des missiles nucléaires, du gaz, du pétrole. Nous sommes à l'évidence les plus spirituels des tous. Les Juifs disent, eh bien, premièrement, il est déjà prouvé que Tolstoï,Gogol, Dostoïevski étaient juifs. Les Russes disent, comment ça, prouvé. Et bien comme ça, grâce à la molécule ADN. Tout récemment on a ouvert leurs tombes et il s'avère que tous sont Juifs, et pas seulement eux, mais aussi Pouchkine et Lermontov et toutes vos grandes personnalités. A part Staline. Pour ce qui est de Staline, il n’a jamais vraiment été Juif. Sur ce cas particulier, on ne parvient pa à se prononcer. Mais, en revanche, si on parle de votre orthodoxie… Mais est-il néceaire d'en parler ? Jésus aussi était des nôtres, tout le monde le sait. Les apôtres aussi, tous, étaient des nôtres. Comme d’ailleurs, le gaz et le pétrole, sont aussi à nous. Ce qui veut dire, et chacun le comprend, que nous sommes les plus spirituels de tous. Les Bouriates disent, non, la nation la plus spirituelle, c’est les Bouriates. Les Juifs et les Russes demandent, mais pourquoi est-ce que vous seriez plus spirituels que nous, selon quelles preuves ? Parce que, voilà, tout récemment, on a déchiffré le code de la génome humain…

Ici l’interprète doit éclairer les spectateurs sur ce qu'est le génome de l’Homme.

Donc voilà, on a déchiffré la génome de L’Homme, et il se trouve que tous les Juifs sont les descendants directs des Bouriates. Ce sont les Bouriates qui, un jour, sont venus dans le désert et ont donné leur descendance aux Juifs. Et, de manière plus générale, les Bouriates sont la plus ancienne nation sur terre. Par conséquent, Tolstoï, aussi juif soit-il, et de toute façon bouriate. Le pétrole est peut-être aux juifs, mais en réalité, il est bien aux Bouriates. Israël est aux Bouriates, tout ce qui est aux Juifs est aux Bouriates. La Palestine aussi, même si la Palestine n’est pas encore complètement à nous, dès qu'elle aura été envahie, elle sera à nous, aux Bouriates.

- Et Staline ? demandent les Russes. Lui aussi il était bouriate ?

- Non, Staline lui était Georgien.



 

viripaev

Ivan Viripaev, Moscou octobre 2010





Personnages

INTERPRETE (femme)
INTERPRETE (homme)







comedia

Création de COMEDIA
mise en scène Ivan Viripaev
au Théâtre Praktika - Moscou - 15 oct. 2010







comedia

D'autres extraits de la traduction de COMEDIA
publiés in Revue IF n°34
actOral 10 - Montévidéo
Marseille - octobre 2010

 

     IVAN VIRIPAEV / TEXTES en traduction française




 

     IVAN VIRIPAEV / SPECTACLES sur les scènes francophones saisons 2020/21/22




 

     IVAN VIRIPAEV / SPECTACLES sur les scènes francophones saisons précédentes




 

     IVAN VIRIPAEV / SPECTACLES sur les scènes dans le monde




 

     IVAN VIRIPAEV / FILMS sur les écrans




 


le theatre russe par Gilles Morel depuis 2006 - tous droits reserves